• Admin

2014 Orphée et Eurydice

Mis à jour : 27 févr. 2018



Dans le cadre du 8ème festival d'art lyrique "Pézénas Enchantée" Vendredi 10 octobre 2014 au Foyer des Campagnes de Pézenas. Pour célébrer le 300ème anniversaire de la naissance de Gluck, notre chef de chœur Jean-Marc Normand nous a entraînés dans la création du célèbre opéra : Orphée et Eurydice. La version française de cet opéra en trois actes, écrit en 1754, a été reprise par Berlioz en 1859 à Paris.


Description de l'oeuvre :

Pour Gluck, opéra et théâtre devaient s'unir pour exprimer la quintessence du drame. Reprenant, plus d'un siècle et demi après Monteverdi, la fable de l'Orfeo, C.W Gluck se lance dans un renouveau des codes de l'opéra en vigueur sur les scènes. Tout focaliser sur l'action dramatique : telle est sa vision. Voilà qui explique la puissance de son Orphée et Eurydice, écrit pour Paris après avoir été une ouvre en italien. Enrichie de ballets et de chours, la musique est d'une beauté lumineuse, au service de la tragédie pure. Les trois actes dessinent un opéra réduit à sa forme noble et idéale. Comme si Gluck atteignait l'expression de la vérité avec une évidence et une grâce toute classique.


1er tableau : Ayant perdu son épouse Eurydice, Orphée pleure sa mort. Voyant son chagrin, les Dieux lui ont envoyé l'Amour et l'autorisent à descendre aux Enfers pour qu'il aille chercher sa bien-aimée. Si la musique parvient à attendrir les esprits infernaux, son épouse lui sera rendue, à condition qu'il ne croise pas le regard d'Eurydice en remontant des Enfers, sinon il perdra Eurydice pour toujours.

2ème tableau : Orphée est accueilli d'abord avec hostilité par la première danse des Furies et le chour des Esprits et des Spectres. Il parvient à les émouvoir par son chant. Ce tableau s'achève par la seconde « Danse des furies » où Orphée réussit enfin à apaiser les habitants des Enfers.

3ème tableau : Il peut accéder aux Champs Elysées guidé par les Ombres heureuses qui lui rendent Eurydice. Un ciel serein succède aux sombres bords du fleuve des Enfers, prétexte au ravissant ballet des Ombres heureuses.

4ème tableau : A travers un labyrinthe, Orphée et Eurydice empruntent le chemin tortueux menant au monde des vivants, mais Orphée brave l'interdiction, se retourne vers Eurydice, qui meurt sous l'effet de son regard. Orphée veut se donner la mort pour la rejoindre.

5ème tableau : Mais l'Amour intervient une fois encore et ranime Eurydice. Un hymne au bonheur rassemblant l'Amour, Orphée, Eurydice, le chour et le ballet, salue ce miracle des Dieux.


12 vues